Fabien Brusson, coureur caméraman
Fabien Brusson

aventure Mes courses : SARIBUNG 2015

 

Avril 2015 - Altitude 6328m

« Course en montagne, telle qu’on le dit dans notre jargon d’alpiniste, partir en course, s’engager dans la voie et revenir de sa course… Pourquoi ne pas adapter tous ces ingrédients et cet esprit à des courses à pied et en plus en Himalaya ? Ma réponse est simple : c’est une bonne idée. Plutôt que de se lancer un défi aléatoire et épuisant à plus de huit mille mètres, là où l’hypoxie et la mort vous guettent, le chemin est tout tracé sur le terrain de jeu unique des sentiers de l’Himalaya. » Ces quelques mots de Jean Afanassieff, membre de l’expédition française ayant gravi le Mont-Everest (8.850 m) en 1978, sont extraits de la préface du livre « Himalaya – Courir le Ciel ».

Depuis 2003, chaque Everest Sky Race est ponctué par une option sommet : Mera Peak (6.450 m), le Pacchermo (6.272 m), Imja Tse (6.189 m) et Lobuche Est (6.119 m). Cette idée de poursuivre la course jusqu’au sommet plait. « Enchaîner sur une ascension légère et rapide est un bonus, explique Pascal Beaury Sherpa. C’est tout à fait compatible avec le format de course Sky Race, car tu restes en harmonie avec le monde qui t’entoure. C’est même complémentaire, puisque nous sommes dans un rythme de vie adapté à la conquête d’un sommet. Tu subis moins les choses car tu es plus dans l’efficacité. La course « force » l’acclimatation et c’est un gain de temps dans l’ascension. Nous courons léger et nous montons léger. C’est dans la continuité… L’alpinisme est un sport technique, même si physiquement, c’est un engagement. Courir et gravir ont un point commun, c’est de rester contemplatif dans l’effort. Même si la dimension est différente, les deux pratiques ouvrent autant l’esprit. Lorsque l’on a la chance de les conjuguer, c’est être vrai dans sa réalisation. »

Nous allons traverser en avril 2015cl’ancien royaume du Mustang, déjà à lui seul un trek hors du commun… avec des paysages typiques : falaises rouges, cités troglodytes, cheminées des fées, canyons et ravins érodés, villages bien vivants et surtout Lho Manthang, la capitale, ceinturée de remparts en plein désert d’altitude… le relier à la vallée de Phu, "un village du bout du monde" sur son piton rocheux en traversant le grand glacier du Damodar Himal par un col d’altitude à plus de 6000 m et au passage gravir le Saribung 6328 m, avant de plonger versant Marsyangdi. 

 

voix-off
 

 

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
[ Mentions légales ] -
© Copyright 2016 - Balises et Chemins - Mise à jour Studio Yukulélé graphisme et webdesign